La Matinale ZW/News / Brèves

Répondre si à la question un 24 mai 2012


 
Vous ne vous souvenez pas de la fameuse réplique de Tyler Gordon, dans Fight Club … 
« Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas votre compte en banque, vous n’êtes pas votre voiture, vous n’êtes pas votre portefeuille, ni votre putain de treillis, vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout. »

Si !

Si vous choisissiez de ne pas résumer votre quotidien au nombre de p’tits sous qui sont entrés ou plus souvent sortis de votre poche …

 » Aux p’tits pourboires aux gros billets des p’tits qu’on nous a fait dans le dos des p’tits placés sur les marchés des p’tits sûr qui feront des p’tits comme la connerie qui se multiplie Ton petit chèque en fin de mois Non lui il se multiplie pas Comme le cynisme dans les sourires Des p’tits tartuffes dans les partis Des p’tits problèmes de récession Des p’tits ministres dans les prisons Des p’tits qui s’cachent des p’tits qu’on cache Des p’tits qu’on joue à pile ou face Des p’tits qui font grossir les gros Qui rendent les p’tits toujours plus p’tits Pour que le p’tit n’ait d’autre choix Pauvre de lui que d’faire des p’tits Oui oui Des p’tits sous, des p’tits sous, qui veut des p’tits sous ? Des p’tits sous, des p’tits sous, on veut des p’tits sous, allez Des p’tits sous, des p’tits sous, qui veut des p’tits sous ? Moi moi moi  » (Damien SAEZ)

si les rues qui encadrent votre quotidien soudain menaient autrepart, à la rencontre de l’autre, à la rencontre de soi …
 » Je suis un éphémère et point trop mécontent citoyen d’une métropole crue moderne, parce que tout goût connu a été éludé dans les ameublements et l’extérieur des maisons aussi bien que dans le plan de la ville. Ici vous ne signaleriez les traces d’aucun monument de superstition. La morale et la langue sont réduites à leur plus simple expression, enfin ! Ces millions de gens qui n’ont pas besoin de se connaître amènent si pareillement l’éducation, le métier et la vieillesse, que ce cours de vie doit être plusieurs fois moins long que ce qu’une statistique folle trouve pour les peuples du continent. Aussi comme, de ma fenêtre, je vois des spectres nouveaux roulant à travers l’épaisse et éternelle fumée de charbon, – notre ombre des bois, notre nuit d’été ! des Erynnies nouvelles, devant mon cottage qui est ma patrie et tout mon coeur puisque tout ici ressemble à ceci, – la Mort sans pleurs, notre active fille et servante, un Amour désespéré et un joli Crime piaulant dans la boue de la rue. » (Arthur RIMBAUD)
si la bouche de métro qui vous avale chaque matin vous racontait le monde différemment …
« Tout sera dit. Le mal expirera ; les larmes
Tariront ; plus de fers, plus de deuils, plus d’alarmes ;
L’affreux gouffre inclément
Cessera d’être sourd, et bégaiera : Qu’entends-je ?
Les douleurs finiront dans toute l’ombre ; un ange
Criera : Commencement !  » (Victor HUGO)
si vous écoutiez le monde, si vous lui parliez, si vous échangiez ensemble …
 
Car il n’est pas de plus belle manière d’être vivant, que de se vouloir vivant, de se prétendre vivant, de se présenter vivant. Vivant et libre. Libre de dire Non. Et si l’interrogation négative du quotidien vous interroge encore sur votre  » en vie », répondre « Si ! »
 
Et vous, vous allez prendre la parole combien de fois aujourd’hui ?
 
 
 

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s