Album promotion/Culture musicale/News / Brèves/Promotion/Votes

Résultats sondage : semaine #20


Les résultats du poll de la semaine #20 son tombés : les lecteurs de ZIKWORLD sont des inconditionnels de l’Album, qui reste selon eux le format d’acquisition de la musique le plus porteur d’avenir : 100 % des réponses vont en ce sens, semblant rejeter définitivement aux oubliettes l’idée d’un rapport titre à titre à la musique, pourtant plébiscité par dombreux media et maisons de disques.

L’heure du Top 50 maître du monde n’est pas encore arrivée. L’album, à la différence du titre seul,  reste le support qui permet, au-delà de l’éventuel tube, de conserver la cohérence d’une oeuvre, d’un travail mériatnt contrepartie, et au-delà, de tisser une relation intime et durable à l’auditeur, avant d’espérer entretenir avec lui une dimension financière. C’est l’état d’esprit relevé par Virginie Berger, dans son ouvrage Musique et stratégies numériques (2011) :

« On ne peut pas dupliquer les stratégies marketing d’un artiste à l’autre… le plus important est de se poser la question du message de l’artiste. Le CD est un produit, mais l’œuvre en elle-même, le message, ne peut pas être un produit ». VB

On peut en ce sens se remémorer le travail lancé depuis plus d’un an par Imogen Heap, pour élaborer un album « titre-à-titre », où, si chaque composante (appelée Heapsong et livrée tous les trois à quatre mois) permettra la constitution d’un tout cohérent au final, d’une démarche globale, dés le départ expliquée, elle n’en restera pas moins accessible « seule », avec site internet dédié, artwork, thématique propre de composition, état d’esprit (livré par le biais de photos, de videos, de pensées …) : chaque titre, comme une loupe, est alors une galaxie propre, qui entre en cohérence avec les autres pour créer un univers de l’album ; c’est aussi le travail mené par Björk sur son dernier album Biophilia, où chaque titre était une application iPad à part entière. De nombreux artistes ouvrent ainsi la voie d’une démultiplication interne à l’oeuvre des possibilités, plutôt que d’un morcellement de celle-ci en titres orphelins, et plutôt qu’une diversification générale qui rimerait avec éparpillement.

Reste à ce que la cohérence esthétique et artistique quand elle n’est pas seulement culturelle, existe et que le lien émetteur – récepteur fonctionne ! A chaque période ses enjeux …

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s