A live/Album promotion/Culture musicale/Genres/Interview/News / Brèves/Promotion/Top 10 mensuel/VIP / Artiste incontournable

Album du Top 10 – Avril 2012 : Building an Ark (Groundation)


Une fois n’est pas coutume dans ces pages, le Top 10 accueille le nouvel album, Building an Ark, des talentueux Américains de Groundation, qui délivrent, sur ce nième travail collectif, dix perles de reggae, influencées par un jazz coloré et métissé.

Harrisson Stafford nous avait prévenus, il s’agirait du meilleur album de Groundation, même si beaucoup continuent de penser qu’il sera difficile d’effacer certains autres de nos mémoires (Gathering the elder ?). Et ils ont mis du coeur à l’ouvrage, les Américains, puisqu’il leur aura fallu plus d’un an pour livrer la version finale de cette galette, dont on parlera longtemps : si « Humility » est parfaitement inscrit dans l’héritage Marleyien, l’éponyme « Building an Ark » ou « Be that way » sont tout bonnement de grands morceaux de jazz (« Keep it up » ne déplairait pas à David Sanchez), coloré par le soleil d’Afrique, et font la part belle aux voix, comme toujours, à la convocation narrative de toutes les mémoires sonores, au centre de la fête et de l’évocation : à l’appui de (ses) choristes, Stafford entre ainsi dans une initiation jazz, où piano (« Payaka Way »), percussions (« The Dreamer » et surtout « Who is gonna »), sont autant de moyens de transport, hypnotiques, pour rejoindre le Grand Temps, si bien défini par Mircea Eliade.

Certains ont évoqué, à juste titre, les «grounations», ces ancestrales réunions rastas où l’on chante et où l’on prie, car Groundation, qui leur doit son nom, parvient à en recréer, en live, plus que l’atmosphère, la communion. La musique prend alors tout son sens mythique, l’arbre de vie, au centre du village, comme ici en substance le groupe, au centre des auditeurs, joue ce rôle cathartique nécessaire à toute société, tout groupe et le reggae est peut-être encore aujourd’hui, à travers des artisans subtils du verbe et du son comme Groundation, comme Sebastian Sturm, l’espace protégé de sa survivance. En effet, Monsieur Stafford, sans doute « le meilleur album » de Groundation à ce jour.

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s