La Matinale ZW/News / Brèves

Choisir le mouvement un 20 avril 2012


Lisant au réveil un article fort intéressant sur la définition de Dieu par la notion d’inexistence, j’entendais, en réponse le bruissement du monde : moteurs, grincements, glissements, suintements, pac, tic, pim, onomatopées, paroles, et autres rythmes jamais en opposition au silence, mais qui trouvent en lui leur structuration : quoi le calme de la campagne, quoi le bruit de la ville ? Cette dernière n’est-elle pas l’enfant de nos choix de société ? de nos non-choix aussi, lieu de travail et de survie, quand les campagnes tirent la langue le long des vallons certes silencieux ? J’entends et j’imagine Björk, transformant la cacophonie industrielle en substance nourricière de ses rythmes, et de sa musique toute entière, entraînant le monde avec elle, dans une danse aux allures de yin et de yang …

En quoi une vulgaire opposition serait-elle définitionnelle de l’existence ? La musique s’oppose-t-elle au silence, aux silences mêmes qui en donnent le rythme, qui lui offrent le sens, la guident, l’interpellent, l’interrogent, la renouvellent ? Le monde ne peut justement trouver son identité dans l’un ou dans l’autre, pas plus que dans l’équilibre parfait qui n’existe pas, nous le savons bien toutes et tous. A quoi bon s’escrimer alors dans l’opposition, dans la colère, ou dans l’acceptation ? La véritable existence n’est pas née de la vie ou de la mort, dans la bataille de l’oeuf et de la poule : elle est le résultat d’une reconnaissance. C’est en acceptant de dire « Tu » que l’autre existe avec moi. Et c’est bien le seul exercice du choix, qui seul peut amener à dire oui, à dire non, à prendre ou à laisser, dans un mouvement général et individuel entremêlé, qui peut, petit à petit, dessiner une ombre de ce que je suis, de ce que tu es, de ce que nous sommes, dans le grand Jam de la vie, le boeuf quotidien, l’invitation permanente au partage et à l’échange, qui sont les nourritures de notre équilibre.

Ainsi nos Matinales participent-elles de ces esquisses éditoriales, de ces lignes de force d’un Webzine où ne s’inscrivent jamais, de notre part, que les chroniques de nos choix. C’est ainsi pour chaque musique, pour chaque domaine, pour chaque jour, et il n’existe pour nous, aucun autre espace d’identité au sens d’existence, que celui de l’affirmation de ses valeurs et de ses choix. Réflexion en guise de bande originale, bien urbaine, d’une autre campagne qui finira Dimanche soir de remercier le bruissement qui lui permet d’exister.

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s