Album promotion/Approche géographique/Culture musicale/Genres/News / Brèves/Promotion/Top 10 mensuel

Album du Top 10 – Avril 2012 : A l’eau de Javel (Anaïs)


C’est non sans humour, comme toujours, que s’ouvre A l’eau de Javel, le nouvel album d’Anaïs, chanteuse française qui s’est fait connaître par sa démarche solo des débuts, provocatrice des genres (pop, variété, funk, hip-hop, electro), jolie « madeleine de Proust » pour reprendre l’expression de Christian Larrède, où sont conviées, à l’exercice de la mémoire, tout un tas de personnalités de la chanson, française (Piaf, Provence, Dubas …) et internationale (Tina Turner).

Photo : http://cyrlouez.free.fr

Ce qu’Anaïs reprend, c’est une démarche, combative, comme on lui a toujours connue, en pleine extravagance, comme ces icônes qu’elle convie à ce festin de Javel, d’alcool (« Mon anisette »), et d’hommes à embrasser, bien cavalière aux victoires de la musique, presque cynique lorsqu’elle évoque le parcours des jeunes talents internationaux. Bien sûr, elle lui confère une dimension (« Sombreros et mantilles ») actuelle, chargée d’électro (« Ouragan ») et de beats du plus bel effet (« Le tango stupéfiant »), gorgée de rock (« Si j’étais une cigarette »), ou pop tour à tour (« En douce »).

Lorsqu’enfin, jazzy, d’un filet tzigane, elle entonne un « Merci mon ami » en Allemand, c’est l’Europe entière qui ne peut que saluer ses capacités interprétatives, son humour non dissimulé, sa culture aussi, celle dont elle revendique l’héritage et à laquelle elle donne ici une nouvelle jeunesse ; si certains ont fait le choix d’aller écrire ailleurs ce que ce pays ne pouvait leur offrir, Anaïs résiste, à sa manière accordéonique et sa « Danseuse privée » (traduction réinterprétée (et samplée) du « Private Dancer » de Tina Turner), l’inscrit dans la lignée du travail d’un Renaud sur son P’tit bal du Samedi soir, ses Cante El’nord aussi. Pas étonnant que si d’autres printemps ont vu germer les graines de révolutions, Anaïs soit parvenue à faire éclore, à s manière, la Marguerite des marguerites, « en douce », en tous cas, en marge du pouvoir, et les historiens d’entre nous savent jusqu’où ça peut mener. A suivre !

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s