Album promotion/Approche géographique/Genres/Promotion/Top 10 mensuel

Album du Top 10 – Avril 2012 : Blue Moon (Ahmad Jamal)


Est-ce parce qu’il s’est toujours affranchi du jazz, dans le terme plus réducteur que concentrique, comme dans le propos que beaucoup auraient aimé lui attribuer, des années de grande influence et affluence, lorsqu’il réinventait en quelque sorte le conciliabule contrebasse/piano/batterie, jusqu’à cette année 2012, que son Blue moon, magnifique travail d’orfèvre du rythme, de guerrier des silences (« Laura »), vient à ce point souligner son unicité, son intérêt et ce traitement particulier de l’espace sonore (« This is the life »), en surimpression, que Miles Davis lui reconnaissait plus que nul autre ? Nous voici bien en présence d’un grand hommage du maître à ce qu’il nomme « la musique classique américaine ».

Frederick Russell « Fritz » Jones, alias Ahmad Jamal (depuis sa conversion à l’Islam, il y a plus d’un demi siècle), du haut de ses 80 balais déjà bien pesés, distille sur ce nouvel opus (le premier chez Jazz Village, label d’Harmonia Mundi) une musique exigeante, où le dépaysement rythmique, aux allures d’exotisme (« Gypsy »), vient côtoyer une réécriture rythmique des grandes heures du vingtième siècle, mêler souvenirs d’enfance (« Blue Moon »), de voyage (« I remember Italy« ) et inspirations artistiques de haute volée (« Autumn Rain »), où la configration en quartet prend tout son sens. Ahmad Jamal donne aux percussions une place rare dans le jazz actuel, qui vient en tous points heurter, entrechoquer ses propres rythmiques pianistiques (« Woody’n You »), pour en faire jaillir l’arrogance technique (« Invitation ») tout autant que la magnificence sensorielle.

Puissant (« morning Mist ») ou fragile, cet album se révèle comme un véritable bijou, dans la carrière de l’artiste, dont il redore les reliefs usés, dans le paysage du jazz actuel, dont il vient souligner l’inefficacité et l’absence de propos ; dans l’écrin de ce nouveau label, qui lui offre une distribution à la hauteur de son talent ; dans nos ouïes captivées par l’une des plus belles références au blue jazz, que le grand Miles a tenté de définir en vain, mais fait vibrer et vivre si parfaitement. Ahmad Jamal est parmi les grands, à sa place, sous le soleil exactement …

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s