La Matinale ZW

Le prix de l’essence en doute le 6 avril 2012


Quelle est ma propre et nécessaire dose d’interrogation, de mystère et d’incertitude intime qui fait que la vie vaut d’être vécue, comme Miller vécut la sienne, d’après ce qu’on en dit ? La question est un des moteurs de la vie, sans en être l’essence. Il fait bon tordre sa vie en forme de poing mais ce qui fait avancer est nécessairement ailleurs. Le point finit par blesser, comme un coup de trop dans les côtes, dans un monde qui n’aurait de finitude qu’en soi-même, qui aurait tellement douté de la vie qu’il lui resterait à survivre à celle-ci, pour mourir tranquille. Ou pas. Je préfère dessiner les contours du doute, rond comme un puits où regarder se mirer le fantôme de la première fois : la première main tendue est un doute, un risque. On ne sait jamais. Chaque rencontre d’un Homme est un bout de vie doutée, c’est-à-dire qui reste à écrire, en plus. Et ces milles miroirs réunis sont là, devant moi, devant vous. Ce matin, lorsque vous descendrez la rue, que vous glisserez dans le métro, que vous longerez le champ encore brumeux qui vous sert d’horizon quotidien, vous serez au moins sûrs de cela : le doute est un moteur de notre vie, l’essence c’est les autres. De qui allez-vous douter aujourd’hui ?

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s