Album promotion/Approche géographique/Genres/News / Brèves/Promotion/Top 10 mensuel

Album du Top 10 – Mars 2012 : Portico Quartet (Portico Quartet)


Jack Wyllie, Milo Fitzpatrick, Duncan Bellamy et Nick Mulvey ne sont pas des inconnus, puisqu’ils défrayent les chroniques jazz et plus largement musicales depuis de nombreuses années : quoi de mieux qu’un album éponyme, Portico Quartet, en cette année 2012, pour découvrir la personnalité étonnante de ce jazz band, qui manie l’électro (« Lacker Boo ») comme les instruments habituels du jazz avec une aisance toute particulière, dans des compositions d’un onirisme rare.

Trompette, percussions, contrebasse sont en conciliabule poétique dès les « Ruins » où l’ensemble nous convie à partager son dernier opus en date : dépaysement assuré, dans la langue jazzy d’un Kenny Garrett (on pense inévitablement à son hommage à John Coltrane, Pursuance), cet album, sorte de voyage – hommage aux sonorités du monde, est un véritable transport des sens, qui rencontre au gré de ses improvisations, des univers voisins, comme celui d’Emilie Simon (« Steepless ») ou Robert Wyatt. Rien d’étonnant dans une altérité qui est le fer de lance du label Real World qui supporte cette démarche, fondé, faut-il le rappeler, par un certain Peter Gabriel, dont la réputation d’ouverture sonore n’est plus à faire (on peut conseiller d’écouter en parallèle de cet album celui dudit monsieur intitulé Ovo).

Enregistrées dans les conditions du live, les compositions livrent tout à la fois un aspect brut (« Spinner »), et un espace poétique captivant (« 4096 coulours »). Parfois empreints de cette approche lancinante, qui dessine pas à pas une ambiance hors du temps, comme l’univers du cinéma le permet (« City of Glass » ou « Trace »), et comme d’autres sont déjà parvenus à le canaliser (Max Richter, dont nous parlions en fin d’année 2011 dans ces pages, ou Burial, dans un autre genre), les titres de ce Portico Quartet portent la démarche de ces jeunes touche-à-tout au sommet de leur art.

On prend tout simplement avec plaisir la place qui nous est réservée (« Window seat ») dans ce magnifique aéronef, destination le rêve, l’imaginaire et la poésie des sens.

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s