Album promotion/Approche géographique/Genres/News / Brèves/Promotion/Son des régions/Top 10 mensuel

Album du Top 10 – Février 2012 : Pursuit (Stuck in the Sound)


Est-ce d’avoir trop têté le sacro-saint nectar de l’aire électro décomplexée, qui l’a rendu si insipide ? Toujours est-il que le rock, dans ce qu’il avait de plus naturel à la fin des années 80, avec U2, The Cure, Depeche Mode et consorts, consommateurs de rythmes efficaces sans être déshumanisés, de refrains accrocheurs sans être livides, est devenu bien rare : heureusement, on peut compter sur quelques formations travailleuses et honnêtes, parmi lesquelles figurent les Stuck in the Sound, dont la petite perle Pursuit nous donne en effet une belle claque rock’n’roll ; bien elevés que nous sommes, nous tendons l’autre oreille, une bien belle occasion de s’engager à poursuivre avec les Français cette aventure rondement lancée …

Guitares saturées, refrains accrocheurs, « Let’s go » le biennommé ouvre les hostilités : c’est une déferlante rock (« Pursuit ») qui s’ensuit, dans la lignée des meilleurs tubes Curistes : José Reis Fontao se fait harrangueur (« Fred Mercure ») ou cède la part belle à l’atmosphérique (« Ghost ») tour à tour : « Purple » salue l’intensité d’Alice in Chains, « I told you » les Sonic Youth ; parfois, les guitares rappellent les superbes The Maccabees (« September », « Silent and sweet »), et le duo voix / claviers survole l’ensemble de compositions qui convoquent Bronski Beat et U2 (« Who’s the guy », « Brother ») pour les réconcilier, ce qu’était parvenu à faire avant eux Mika, dans un autre genre. D’ailleurs, leur récent clip aux influences assumées Daft Punk souligne cette capacité aux mélange des genres, digéré, jamais juxtaposés, tout au plus un rien (volontairement) surexposés (à la vitamine D) !

Mais Stuck in the Sound, fort de ses expériences scéniques, mêle à ses compositions une énergie qui lui est propre (« Criminal »), héritage punchy et punky des Clash (« Bandruptcy »), flirtant dans l’espace ouvert d’un réel échange avec son public, avec l’intensité rageuse et fragile tout à la fois d’un Jeff Buckley (« Tender »), dont ils incarnent à la française la force et la générosité. Un bon moment de rock saturé …

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s