Agenda/Album promotion/Approche géographique/News / Brèves/Promotion/Sans catégorie/Top 10 mensuel

Album du top 10 – Février 2012 : So much Trouble (Izïa)


Bien sûr, cet album est sorti il y a maintenant quelques temps, mais nous ne voulions pas noyer ce petit joyau rock d’origine française incontrolable dans la masse de vos petites prévisions de noël : parce qu’Izïa ne se contente pas d’avoir les boules, elle le fait savoir : rock, sans ménagement, débridé à l’instar d’un Led Zeppelin dont elle revendique les influences (« So much trouble »), Izïa délivre avec ce second opus un disque capable de déjouer les modes tout autant que de troubler l’auditoire …

 … du « baby » punk et explosif, aux rythmiques basses si groovy (Suicidal Tendencies n’est pas loin), en passant par un « I can dance » militaire, pour atteindre les sommets d’un rock éraillé (« Top of the world »), qui puise dans l’oeuvre des maîtres anglais précités (« I hate you »), tout autant que dans la puissance d’un Pearl Jam (« She »), et jusque dans le malaise dont Kurt Cobain s’était fait figure de proue sur des titres tels que « That night ».

Si l’imagerie un rien provocatrice, tout autant que le serpent qui orne ce So Much Trouble si symbolique d’un Iggy Pop inoubliable, place Izïa Higelin bien loin des contrées poétiques déjantées de son père Jacques, tout autant que de son frère Arthur (H), elle est le reflet de cette différence assumée de l’artiste qui n’en renie pour autant pas ses comparses familiaux, avec lesquels elle partage apparitions scéniques et télévisuelles notamment.

Si cette tonalité punk-rock va sans dire, Izïa Higelin, souvent comparée à Janis Joplin, sait aussi se faire plus pop, un court instant, suffisant pour nous balancer deux ou trois refrains entêtants (« Your love is a gift » ou « Twenty times a day »), qui, d’orchestrations mêlés, devraient éclairer d’une poésie bien enlevée, les scènes estivales surlesquelles nous ne manqueront pas de retrouver la jeune françaiuse, avant de la découvrir sous d’autres jours à l’écran … La rockeuse, jamais avare d’échanges avec son public, d’histoires et d’appartés, à l’instar d’une Patti Smith ou fort justement d’un Jacques Higelin, pourrait bien être, au-delà d’une victoire de la musique, l’une des valeurs sûres du rock français qui ne la joue pas bobo, assumant son écriture anglaise tout autant que ses influences musicales internationales. A suivre, d’urgence !

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s