Album promotion/Approche géographique/Culture musicale/Genres/News / Brèves/Nothing compares .../Promotion/VIP / Artiste incontournable

Nothing compares : Chega de saudade


Nothing compares … ou la covers song vaut-elle l’original ? … ce mois-ci, retour sur cette magnifique reprise faite par Angra, alors jeune groupe de metal progressif brésilien, de la « Chega de Saudade », originellement écrite par Antonio Carlos Jobim, auteur traditionnel du même pays, dont il s’agit d’un des des titres les plus connus.

Nous sommes en 1995, Angra prépare la sortie de l’incontournable Holy Land, l’un des albums progressifs et metal les plus aboutis de tous les temps, successeur du déjà très réussi Angels’Cry, lorsque CNR Music propose au groupe, en guise de promotion, une mini-tournée acoustique de présentation de l’album : c’est ainsi qu’au Forum Fnac de Paris Bastille (il fera notamment de même à Marseille – Centre Bourse), le groupe joue quelques titres phares de son répertoire (« Angels’Cry », « Never Understand » …), auquel il ajoute à juste titre un « Chega de Saudade », cover de Tom Jobim, de son vrai nom Antônio Carlos Brasileiro de Almeida Jobim : cet auteur brésilien est fondateur, avec l’écrivain (notamment de théâtre) Vinícius de Moraes, de la bossa nova, la « chose nouvelle »,  symbole du bouleversement politique du milieu des années 50 au Brésil.

L’enregistrement sortira en CD- Bonus de la version française de Holy Land.

Le titre « Chega de Saudade », qui date de 1958 sortira sur l’album éponyme de João Gilberto en 1959. Le fait qu’il symbolise à la fois cette révolution des esprits et le premier jalon d’un nouveau genre, mais aussi la rencontre entre musique, écriture et mythe, n’est pas un hasard dans le choix d’Angra, et plus précisément d’André Matos (Viper, Angra, Shaaman, Avantasia), son chanteur, qui a suivi une formation de chef d’orchestre de musique de chambre.

La musique d’Angra, comme celle de Jobim est là pour porter une écriture pleine de symboles, de mythes, de figures historiques, et lorsque Angra fait paraître Holy Land, c’est tout le mythe de l’Indien qui y est convoqué dans son écriture : la question de l’identité de cette civilisation qui mêle involontairement dans son sang l’horreur d’une construction historique sur la base de l’extermination de peuples et de cultures, et cette européanité symbole d’esclavagisme : ce disque est bien là pour marquer la survie du « rêve mexicain », comme l’appela Le Clézio, dans la modernité de la civilisation actuelle.

Ainsi musique classique et métal dialoguent sur cette opposition ancien / moderne, tandis que les orchestrations traditionnelles, et autres rythmiques et danses cérémoniales indiennes délivrent au milieu la preuve de l’échange entre Europe et Amériques, entre soi et l’autre. Mieux encore, André et ses comparses délivrent ici une interprétation pleine de cette vie, de cette joie, de ce mouvement propre à la bossa nova ici entièrement filtré par la rythmique, le mélange des instruments et ce rapport musiciens – public si communicatif.

Au-delà d’une cover song, cette Saudade joue bien son rôle de réservoir où se déverse tout à la fois passé et présent, tradition et modernité, pour livrer le suc indispensable à la survie de toute culture, de tout territoire, de toute histoire, de toute mémoire ou de toute volonté d’avenir et de devenir :

 » La saudade est différente de la nostalgie. Dans cette dernière, il y a un sentiment mêlé de joie et de tristesse, le souvenir du bonheur, mais aussi la mélancolie d’une existence unique dans le passé et d’un retour en arrière impossible. La saudade exprime (quant à elle) un désir intense, pour quelque chose que l’on aime et que l’on a perdu, mais qui pourrait revenir dans un avenir incertain. » (Wikipedia  – article « Saudade)

Original : sur Youtube

Cover par Angra : sur Youtube

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s