Agenda/Album promotion/From Nowhere/News / Brèves/Promotion

From Nowhere : Ani DiFranco


Ani DiFranco, fille d’immigré italien, est née en 1970, ce qui en fait encore une jeune artiste, à la carrière pourtant déjà longue et magistrale. Avec près de 25 albums, des tonnes de participations (Utah Phillips notamment, mais aussi Prince, Corey Parker, rappeur et fils de Maceo Parker avec qui elle a collaboré sur son Revelling / Reckoning notamment, dernièrement Andrew Bird…), la création et le développement de sa propre maison de disques (Righteous Babe Records) à l’âge de 19 ans, toujours prolifique, elle est l’une des artistes « indépendantes » les plus critiquées, pour ses engagements sociaux (contre l’homophobie, le racisme, la maltraitance, la guerre), politiques (elle a soutenu plusieurs candidatures démocrates aux USA), mais aussi parmi les plus acclamées, au regard de ses talents de chanteuse – guitariste hors pair, compositrice, productrice et la liste est longue.

 » Je me sens un peu frustrée et politiquement désabusée  »
                         ANI DIFRANCO

Souvent folk, Ani n’hésite pas à faire appel aux cuivres (Little Plastic Magic), aux arrangements de cordes (Knucke Down), tout en conservant une importance capitale à son écriture. En 2004, elle signe ainsi le générique final du Monde selon Bush de William Karel, avec le morceau engagé « Self Evident ».

Zikworld salue cet engagement de toujours, l’excellent travail de Righteous Babe Records et bien évidemment les très bonnes galettes de la dame, parmi lesquelles nous vous conseillons, si choisir est possible : Not so soft, To the teeth, Revelling/Reckoning, Knucle Down … et comme une bonne nouvelle ne va jamais seule, le nouvel album d’Ani devrait être dans les bacs le 17 janvier prochain (voir ci-dessous). Si  vous balancez votre missive au vieux grigou, rappelez lui de vous rapporter cette galette d’une nana franchement bien dans ses bottes !!

Site officiel : http://www.righteousbabe.com/ani/

Collaborations :

Which side are you on ? 50 ans après le titre éponyme de Pete Seeger, Ani nous balance à sa manière cette interrogation qui s’est avant toute chose imposée à elle-même, de son propre aveu :

 » Après avoir écrit des centaines de chansons pendant des décennies, je me suis demandée : ‘ Et maintenant ? Jusqu’où aller ? Est-ce que je peux chanter le terme d’avortement, celui de patriarcat : que pouvez-vous chanter auquel vous puissiez échapper ? Je suppose que j’ai repoussé mes propres frontières de la politique et de l’art. En observant ce que les gens sont susceptibles d’écouter. Jusqu’où je peux l’ouvrir ? Qu’est-ce que je peux en sortir de bon ? ‘ « 

Sans tourner la page, l’artiste souhaite se concentrer à parler d’autre chose, autrement, même si elle ne parviendra jamais à occulter ces combats qui la rongent et conseille à propos de ce nouvel album :

 » Contentez-vous d’écouter, oubliez ce que vous saviez de celle qui chante et ce que vous l’avez déjà entendu dire ; et passez à autre chose, préparez-vous à entendre une autre histoire. »

Et celle-ci, Ani ne l’écrit pas seule. Outre des musiciens de tournée devenus co-compositeurs, elle fait la part belle aux invités : The Neville Brothers, le saxophoniste lead Skerik (Pearl Jam, R.E.M., Bonnie Raitt, The Meters), Anaïs Mitchell, Adam Levy, guitariste de Norah Jones, Tracy Chapman ou Amos Lee), et tout un tas de gens de la Nouvelle-Orleans (Galactic, Bonerama, The Rebirth Brass Band, etc.). Que du lourd, pour un album de la (re)(co)naissance …

Dates en Europe :

1/8/2012 Concorde 2
Brighton, UK

1/10/2012 Union Chapel
Islington, London, UK

1/11/2012 Union Chapel
Islington, London, UK

Littérature : Verses est le premier volume de poésies et peintures d’Ani, publié en septembre 2007.

¿Which Side Are You On?Nouvel album 2012 :

Ce Which side are you on ? signifie plus qu’il ne dit : Ani, maintenant quarantenaire, jette un oeil avisé sur sa carrière, ses combats, sans en oublier d’être femme, battante, mais fragile, colérique mais aimante : c’est cette ligne Maginot en pointillés, visible d’elle seule, qu’elle franchit d’un bond, dans un sens et dans l’autre, comme on fait d’une corde à sauter, dans un aller – retour de soi à soi en passant par les autres, du présent au futur en embrassant le passé.

D’après les premiers extraits, bien plus rock (« Unworry », « Which side are you ? » ou « If y’r not ») que folk (« Hearse »), ce nouvel opus de la dame (attendu depuis près de trois années qui ont semblé une éternité) place la mélodie au centre des compositions (« Life boat », « Mariachi »), peut-être en lieu et place des riffs bruts à laquelle  la guitariste avait pu habituer son public jusqu’alors. Raillant le spectacle parfois désastreux de la réalité, en reggae (« Splinter » ou encore « J »), Ani nous cause un peu d’elle, une fois n’est pas coutume, et de son rapport au monde : aux sonorités proches du travail intimiste tendance électro, mené sur Knuckle Down, des titres comme « Abbacore » ou « Zoo » se présentent comme de futurs brûlots d’émotion.

Voilà ce qui ressort de ce premier aperçu des titres qui constitueront le bel album en prévision le 17 janvier prochain. Le retour d’expérience très rapidement !

Une réflexion sur “From Nowhere : Ani DiFranco

  1. Pingback: Album du Top 10 – Janvier 2012 : ¿Which side are you on ? (Ani diFranco) « ZIKWORLD

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s