Album du mois/Album promotion/News / Brèves/Promotion

Lou Reed et Metallica : No future ?!


Lulu, désigne-t-elle l’ami Re(e)d des anti-conformistes, celui qui, décharné, dès ses plus jeunes années, semblait laisser un peu de lui à chaque empreinte de ses pas (pour plagier Goldman) ? Toujours est-il que l’artiste trouve dans cette rencontre monture à sa taille ; car les Four Horsemen sont loin d’être aussi manchots que cette Lulu, poupée de cire du siècle dernier, tout droit sortie du « Museum der Dinge », à Berlin. Inspiré de deux pièces de l’écrivain expressioniste allemand Frank Wededkind (L’esprit de la terre et La boite de Pandore), ce concept album raconte l’histoire sulfureuse d’une danseuse que la pauvreté et la prostitution transformeront en ange déchu, avant qu’elle ne finisse assassinée par Jack l’Eventreur. Avec cet album, outre la boite des maux, c’est une décennie sonore qui s’ouvre, dans la rencontre de deux univers, où s’entrechoquent trente ans de rock et plus d’un siècle de symboles. Un album qui pourrait bien écrire d’un même geste l’avenir de ses auteurs respectifs.

La rencontre était annoncée, qui faisait déjà s’aventurer fans et medias sur la dangereuse pente des avis sans écoutes. Zikworld a préféré ouvrir grand ses écoutilles (Lulu est album du mois – Cf. cette rubrique), comme toujours. Cet album, qui n’est, rappelons-le, qu’une collaboration et non un disque de l’un ou l’autre de ses auteurs, et doit, à notre sens, être estimée de ce point de vue, surprend. Par son format long, son concept, l’esthétique qu’il draîne ou dont il est issu (qui de la poule ou de l’oeuf … ?), mais surtout le son que l’ex-Velvet Underground et les Meds unis y distillent : plus rock que metal, déstructuré, lancinant (la voix du maître d’outre-tombe n’y est pas pour rien), voilà un album qui cherche son unicité pour ne pas dire sa voix, James s’étant majoritairement effacé, au grand damn des fans trashers de nos Four horsemen. Mais n’est-ce pas justement cela dont il est question : la déstructuration, la déshumanisation, dans l’oeuvre réinterprétée de Wededkind, mais au-delà, tout au long du siècle qu’elle a vu naître et que nos trublions ont participé à écrire, à leur manière inconvenante. Zikworld veut voir, pour notre part réellement sans vanité, un symbole artistique fort dans cette rencontre.

« C’est peut-être la meilleure chose jamais accomplie. Ça pourrait donner naissance à une nouvelle galaxie. Je ne plaisante pas du tout, et je ne suis pas vaniteux en disant cela. »

                             Lou Reed

Lulu symbolise tout à la fois cette déshumanisation (tant peinte par les surréalistes) qui trouve son apogée dans les crimes staliniens et la barbarie nazie, pour ne citer qu’eux, mais aussi, de manière plus sournoise dans le renoncement de cette fin de siècle : femme – objet, comportements dictés par la consommation (robots ou moutons ?) et la mise au rebus de l’humanité dans sa vitalité gênante et sa fragilité. Peut-être est-ce de tout cela qu’il s’agit dans cette image, dans ce miroir tendu, où s’écrivent en lettres de sang, les initiales d’une réalité qu’on prénomme à tant la cotoyer, aussi laide soit-elle ; à moins qu’il ne s’agisse là du summum de la désincarnation, du reniement, de l’anonymisation. Il y a fort à croire que les fans n’apprécieront pas nécessairement l’oeuvre sous cet angle. Dommage. Ce qui est sûr, c’est que ce manchot bicéphale a la dent dure et que Zikworld vous en recommande la morsure urgemment : à défaut,
cela fera couler de l’encre !

Membres du projet (Line-up) :
Lou Reed (Guitars, Continuum, Vocals)
James Hetfield (Guitars, Vocals)
Lars Ulrich (Drums)
Kirk Hammett (Guitars)
Robert Trujillo (Bass)

Liste des titres (2 CDs) :
1. Brandenburg Gate (4:19)
2. The View (5:17) (Paroles)
3. Pumping Blood (7:24)
4. Mistress Dread (6:52)
5. Iced Honey (4:36)

6. Cheat On Me (11:26)
7. Frustration (8:33)
8. Little Dog (8:01)
9. Dragon (11:08)
10. Junior Dad (19:28)

Références :

Sortie mondiale : 31 octobre 2011
Label : Warner Bros (USA : Universal)

Production : Lou Reed, Metallica, Hal Willner, & Greg Fidelman
Enregistrement : Greg Fidelman & Mike Gillies
(Avril-Juin 2011 – HQ, San Rafael, CA)
Mixage : Greg Fidelman (Sunset Sound in Los Angeles, CA)
Durée : 85 minutes

Assistant : Geoff Neal
Mix Coordination : Lindsay Chase
Mastering : Vlado Meller at Masterdisk NYC
Enregistrements additionnels : Jim Monti, Dan Monti, Sara
Lyn Killion & Kent Matcke
Pochette : Wax Mannequin (environ 1900) and other objects
(Collection of Werkbundarchiv – Museum der Dinge, Berlin)

En savoir plus … http://www.loureedmetallica.com

Photo : Anton Corbjin

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s