Album promotion/MuseZic

Muse Zic : The number of the Beast (Iron Maiden)


 » Les projectiles tombent tout près de nous, éclatent, et dans le vent qui les portent à nous, il y a la saveur automnale du changement ; révolution, cycle, ces graines issues des boules de platane, poil à gratter du souvenir, vont longtemps nous hanter : nous sommes en 1989, et tandis que d’autres projectiles minéraux chutent sous le vent de révolte en plein coeur de Berlin, que tombe le mur de la honte, c’est une forteresse adolescente, qui ne nous quittera plus, qui s’érige au creux de nos oreilles jusqu’au plus profond de nous …

Pour la première fois de mon existence, la bande à  Steve Harris fait parler la poudre sur le balladeur que m’a tendu l’ami « Donald », jeune ado, adulte avant l’heure, qui porte en lui les stigmates d’une jeunesse désabusée, dont ce groupe se fait magnifiquement l’écho … »

 Jeff GARNIER

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s