Disc'Ideal

DISC’IDEAL : Metropolis Part 2 : Scenes from a memory (Dream Theater)


Metropolis Part II (DT)

Metropolis Part II (DT)

Si Images & Words (qui contient le titre Metroplis Part I) et Awake (le brut des 90’s) ont posé les bases de ce qu’est la carrière de Dream Theater, groupe américain de rock (métal ?) progressif, entre technicité et feeling, puissance et intimité mêlées, onirisme (au théâtre des rêves, quoi de plus normal), ce Metropolis part II, au-delà du concept-album, relève de la magie pure : une telle montée en puissance ne pouvait être réalisée que par un groupe dont les multiples line-up n’ont (jusqu’ici) jamais entâché, mais plutôt révélé, l’étendue des pouvoirs et des savoirs.

Parmi les morceaux géniaux de cet album « tout en un », au regard de l’enchaînement des titres d’une part, qui colle à l’histoire (minutée paraît-il ?!) et d’autre part parce que l’unité est ce qui le définit le mieux, tellement rien ne vient jamais heurter ce voyage freudien, l’apogée sensorielle (et physique dans l’histoire, passez moi les détails, vous comprendrez à l’écoute) se fait sur « Home » …

Dream Theater, Home (Live at Bucarest) part 1

Dream Theater, Home (Live at Bucarest) Part 2

Selon nous, c’est peut-être l’un des plus beaux morceaux de rock au monde, à la croisée de chemins métalliques (puissante partie de fûts du sieur Portnoy et rythmiques signées Petrucci sans accrocs), progressifs (les envolées claviers de Jordan Rudess ne sauraient laisser de marbre et que dire des soli de guitare), tout bonnement assis sur des lignes de basse gigantesques et une présence vocale qui ne se dément pas en live !

L’expérience live, qui fut l’occasion de la sortie du triple album Scenes from New York (pochette censurée puisqu’y figuraient les twin towers ?!), montre les qualités du jeu scénique et témoigne de ce feeling propre à Dream Theater, qui distingua très rapidement le groupe des obscurantismes techniques où l’on avait tenté de le cantonner, quitte à perdre au passage (l’album Falling into infinity fut l’occasion de cette partition des fans) quelques adeptes du break à outrance … L’ajout ici des choeurs inscrit de surcroit DT dans la lignée du travail notamment de Pink Floyd, que le goupe a longtemps désigné comme l’une (SA ?) référence principale … maintenant vous savez pourquoi !

Pour aller plus loin sur l’album, son contexte de sortie, consultez le travail de Your Majesty, fan club français du groupe , qui a créé depuis fort longtemps une Dreamologie (sorte d’encyclopédie) et fourni en son temps une explication du concept – album de très grande qualité … Continuez l’expérience Disc’Idéal avec Zicworld sur Facebook : tout au long du mois, des liens, des vidéos, des extraits, des commentaires et la participation de la communauté en commentaires !

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s